Tuning Blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 28 octobre 2008

2008-2009

Les Résidences courtes
- Bruxelles studio Félicette :
* 24-25 septembre 2008
* du 24 novembre au 3 décembre 2008
* du 5 au 10 janvier 2009 avec invitation éventuel des musiciens et organisation éventuel d'un premier stage.
*du 6 au 12 Avril 2009
*mai 2009 Bap et Franck assez disponible pour faire la pratique de manière régulière

Résidences longues :
- Lille studio La malterie (confirmation de la part du lieu en septembre 2008)
* dernière semaine de Février 2009 et 2 premières de Mars 2009
(Franck libre les 2 premières, Félicette libre 1ere et dernière, Baptiste Libre 1 semaine et demi durant sur les 3 semaines pascale libre les 3 semaines ).
- Bruxelles studio Bains Connectives (confirmation de la part du lieu en septembre 2008)
* 3 semaines en juin

mercredi 8 octobre 2008

Exit, un rêve de tuning

Cette nuit, j'ai entendu Pascale faire un feedback: "EXIT est bien trop prévisible, les players sortent et ça, on le sait." On a alors essayé quelque chose, qui m'intéresse encore: ce serait un REDUCE, où les players qui décident de sortir, restent mais tentent soit de trouver une pause ensemble ou alors un unisson de sorte que leur présence soit plutôt périphérique, plutôt de l'ordre d'un environnement, mettant en valeur ce qu'on voulait gardé au départ du Reduce.
FOCUS est peut-être plus approprié.

Etrange ces rêves de formes. Je rêve souvent du Tuning. Sa nature s'accorde bien aux rêves où le désir se joue (ça vaudrait le coup de creuser ces similitudes de mécanisme). C'est toujours en groupe et parfois sans pesanteur. Et souvent les feedbacks qui y sont donnés me surprennent alors que j'en suis l'instigateur. Le Tuning a trouvé sa scène rêvée.

jeudi 2 octobre 2008

In / OUT

Le call pause m'a encore surpris.
On était parti sur un score limité à deux calls. Invert et report se sont imposés. Je voyais que Invert ne s'adressait qu'à l'orientation des corps. C'est l'espace que je voulais voir se retourner (invert space!). Mais comment? Les calls semblaient toucher chacun des players dans sa physicalité mais ne modifiaient pas leur rapport, entre eux et à l'espace, ils poursuivaient leur activité. Si souvent je sens une désorganisation tant dans ce que je vois que comment je le vois, les players se cherchent et souvent s'isolent dans leur tâche, ils s'autotunent, ce que je comprends mais il y a là une certaine prévisibilité propre à l'impro, je trouve. Si mon esprit peut s'amuser un temps à regarder les choix de chacun, mon goût pour lire l'espace reste insatisfait, je me sens désorganisé, mon attention commence à relâcher et s'enfuir. Je ne suis pas d'avis à dire: "tout est bon" ou encore "ne change pas le monde, change de monde", ce qui veut dire que tout serait du ressort du watcher, qu'il n'a qu'à changer son point de vue, comme si il y a avait un mur sourd entre players et watchers. Alors je report: "je dirais bien pause". Et là, à ma surpise, l'espace s'est retourné. Alors que c'était un espace ramifié par chacune des activités, je suis maintenant saisi par la manière dont le pause unifie: les players sortent d'eux-mêmes, se sont tournés vers l'espace, mon attention s'est calmée et focalisée, mes yeux ne courent plus, la sensation devient plus singulière et plus stable. Les players et watchers tournent leur attention sur un espace physique sur lequel ils vont tenter de dégager ce qui pourra établir une forme de communication. Le tuning, est-ce le temps de l'accordage ou le fait de s'être accordé? Je reconnais la joie lorsque je quitte la désorganisation pour trouver une certaine cohérence, mais c'est avant l'organisation qu'il me semble qu'il y ait une forme de création. Ca se passe à très grande vitesse, à vitesse neurologique (ha!). C'est la joie de la mise en forme, quelque chose prend forme, une sensation singulière se dégage, un sens va se créer, quelque chose de reconnaissable, qui restera marqué.

Autre expérience troublante: une nouvelle nature pour les calls.
j'étais seul à caller le duo de Franck et Félicette en utilisant seulement REPEAT et REVERSE. Les calls s'étaient installés d'eux-mêmes. La matière des players étaient totalement fondues dans les calls. On ne distinguais plus l'origine. Je ne call-ais plus pour changer le cours des choses ou dévoiler ma curiosité ou mon goût à voir ou revoir... non, les calls venaient selon leur propre rythme. La danse englobait les calls du watcher et les mouvements des players. Ce qui se passait devant moi était ce qui se passait en moi. Comme si le monde que je voyais s'accordait à mon désir et vice versa. Mon cerveau semblait s'être ouvert devant moi et je n'en avais plus le control ou alors, c'était Felicette et Franck qui rythmaient mon activité neurologique. Ca tremblait comme une corde, Musicale! Ca me plait de n'avoir qu'un seul caller. De suivre ses calls permet de sentir une vibration entre ce qui se déroule dans l'espace des players et son activité de watcher; de sentir une forme de simultanéité entre le mouvement physique et la perception qu'on en a ( ce qui est beaucoup plus dilué quant on a plusieurs callers).
J'ai été fasciné par l'aspect formel de ce qui en a résulté (les courbes dans la colonne de Franck s'accordant aux bras de Félicettes dessinant les courbes de mes cervelets). Il semblait qu'on soit arrivé à la matière de quelque chose. Comme si les choix individuels avaient été mis de côté et qu'on avait retenu une certaine essence du mouvement et de la perception, dans leur fonctionnement et la possibilité de se le communiquer. (Ca me fait penser aussi au moment où Félicette tapait une balle imaginaire sur le sol, et à la longue, la confusion de reverse et repeat a permi d'épuiser le mouvement jusqu'à lui donner de nouvelles significations qui sont souvent l'occasion d'un bon fou rire: la balle s'était mise à coller à sa main.)

D'ailleurs ça me fait penser qu'on a dit que les calls ne s'adressent plus aux players mais à l'espace.

mercredi 1 octobre 2008

A suivre

C'est avec un gout de trop peu que j'ai quitté la pratique ce vendredi. Un jour pour s'accorder, et puis un jour pour pratiquer. Un autre rythme que celui de l'hebdomadaire. Je garde l'expérience vivante, j'espère, pour se retrouver en décembre. Entant que Player, le travail sur les doubles Calls émergents m'a mis à nouveau face à la situation de nommer intérieurement les calls sans les appeler. Entant que Player de les vivres de l'intérieur tout en inhibant ou bien de tendre à les rendre perceptibles pour les partenaires. La limite étant pour moi, lorsque entant que Watcher, je ne suis plus en phase avec l'évènement tant mon inhibition fini par me faire sortir. Je perd le gout. enfin je l'ai expérimenté une fois. Une chose m'a marqué dans nos divers échanges de retrouvaille, l'évocation par Bapt de la désorganisation pour le Watcher. Je peux maintenant relativement facilement l'observer pour moi même, la nommer de l'intérieur entant que player, mais je n'avais pas songé à l'observer de puis la place du Watcher.
L'espace de Féli est stimulant, l'école est un ventre vrombissant et sourd des bruits de la ville, j'y étais bien.
Deux jours, et l'espace qui se déploie en deux temps.
Pascale et les petits bruits homemade via le net.
La poussière d'un sous sol et le besoin de faire le propre.
Le son de nos activités, dans le noir, pour révéler l'espace.
Mettre en place la lumière pour faire le noir.
Acheter une bouilloire sur le compte du Tuning pour l'espace de l'école 6.