3 jours de travail à la Roseraie :
Après un warm up à entrées progressives, nous discutons notre goût du jour, et/ou les obsessions/questions du moment de chacun:
Quoi activer pour qu'une danse révèle l'environnement, c'est-à-dire déplace la focale de perception non plus sur le sujet, l'identité, le self, l'égo de la danseuse-eur, mais dépersonnalise l'espace ? Quoi activer pour inverser le rapport figure-fond, pour que l'environnement devienne la figure de la danse ?
Est-ce que les modes d'attention sont un outil pertinent pour travailler cette intelligence d'interaction à l'environnement, et faire que le corps est "passeur", vecteur d'une danse de l'espace ?

Une fois l'intérêt commun identifié, nous cherchons une solution pour en faire l'expérience. Le SINGLE IMAGE SCORE semble une ressource repérée pour répondre à cet intérêt (mesurer l'espace depuis 2 régimes d'activité (watcher et player), et mesurer le temps pour que l'image apparaisse). Toutefois, on a préféré s'éloigner du matériel pédagogique des Tuning Scores, et entrer dans LE Tuning score, en resserrant l'étude à une partition construite à partir de quelques appels qui questionnent attention et intention : SUSTAIN, REVERSE, puis NEXT, REPLACE et bien sûr SHIFT.
A partir du moment où la partition est établie, c'est curieux et génial de noter que l'intérêt de départ devient lui-même fond. En jouant le jeu de cette partition, nous en inventons les règles. C'est ce phénomène concret, lisible, questionnable de va et vient entre jeu et règles du jeu qui prend la figure de l'étude.

Dans ce score, SUSTAIN (appelé principalement par les watchers) permet de renseigner le player sur la lisibilité de l'interaction qu'il entretient avec l'environnement, et que l'environnement entretient avec lui.

Quelles sont les conséquences d'un SHIFT, et comment renseignent-elles à rebours sur l'activité en jeu avant d'appeler ce call (quel mode d'attention sur quoi ? quelle intention ?)?
Au fil des 3 jours, nous orientons la perspective sur la précision dans l'expérience. Attention. Intention. Comment décoller l'une de l'autre ? En changeant mon attention, comment maintenir mon intention ? Est-ce-ce possible, matérialisable, ou SHIFT lui-même est une intention ?? ! Et puis, une continuité peut-elle se faire dans le mouvement ? Combien de temps ça prend pour opérer la bascule de SHIFT, et faire un choix ? Observations de micro-temps de vertige à l'appel de SHIFT. Et un goût pour ce temps de désorganisation. Que produit-il ? Et puis, pour entrer dans l'étude, une stratégie est d'appeler SHIFT dès que l'intention est perçue clairement depuis l'activité de watcher. Et à ce moment là, est-ce qu'il y a croisement entre un point de vue et l'autre ?

REPORT ATTENTION. REPORT INTENTION. Des longs temps de solo pour faire l'expérience du phénomène, et venir informer, enrichir son étude et sa connaissance. Ce score met la composition en support. Il vient plus explorer les phénomènes relatifs à l'état de danse, de jeu. Observer que l'attention peut se porter sur une pensée. A la lancée dans l'espace d'une chaussette en boule, d'un temps de digestion de l'action, et de l'entrée d'un player dans l'espace, son attention se porte sur la distinction entre corps athlétique et corps poétique, et par analogie rapide la pensée vient à Laurence Louppe. Quand NEXT est appelé, le player fait l'usage de cette pensée, et remplace Laurence Louppe, par un détail de la mâchoire qu'il tente de copier et reproduire. Je me souviens de cette stratégie et je la trouve fascinante tant elle s'appuie sur toutes les ressources possibles du vivant pour créer la danse, et pour révéler sa multiplicité.

NEXT est introduit le dernier jour dans le score, pour amener des ruptures dans l'état de danse. Comme nous avons surtout passé les 2 premiers jours à soutenir, remplacer, et opérer des continuités de ce qui était là. NEXT offre la possibilité de goûter à la désorganisation ou la réorganisation immédiate, rapide, en alerte, en survie que ce call produit.

SUSTAIN est-il REPEAT ? ??

Et puis, de façon transversale, nous avons abordé la question du ton, de la teinte émotionnelle d'un call.
SUSTAIN amène de la bienveillance, il est doux, gentle. Il dit "j'ai envie de voir ça plus longtemps", ou "j'adore ce que tu fais".
D'autre calls peuvent prendre un aspect plus 'sadique'. Comme par exemple REVERSE cette action impossible. Est-ce que tu en es capable ? Ou une avalanche de call pour noter la précision ou pas dans la désorganisation.
Comment le call vient m'affecter en tant que player ?

On a vu des moments de GO. des moments de danse. Comment ce score amène à des états que je ne connais pas de la personne ?
"Je n'aurai pas pu aller seul dans cet endroit de l'expérience."
Goût pour la joie, l'étude dans la joie, la joie du jeu, et pas son coté austère.