Matiné : Baptiste a oublié de parler du soleil dans le matin. Nous sommes restés à nous poser dans le soleil, dans cette partie ou les rayons nous dessinaient une zone. Une sorte d'apaisement dans laquelle nous nous abandonnions. Nos deux corps s'écoutaient dans le bon juste milieu d'être là tout en s'abandonnant. et la danse Fût ! Le bien être de goûter cet apaisement ou organicité auto-satisfaisante pouvait nous perdre et un call sortit de la bouche de Bapte comme un souffle pour redonner sens. Un Begin. L'attention de cet acte redonne : urgence d'un jeu qui ce communique comme pour retrouver danse/dense. et end nommé avant la fin pour donner frustration, pour ne pas prendre goût. et la musique fût ! Après midi : Le soleil a disparut, Le déroulement de la mâtiné raisonne pour ma part comme une évidence, l'acceptation de l'état présent n'arrivait pas à ce canaliser, la mémoire de ce goût matinal ne voulait pas changer. Nous nous sommes retrouvés physiquement, retrouvés directement sans un point de quel était cet instant maintenant avec soi. Il était évidant de retrouver cet état de danse du matin ensoleillé. Au départ un begin qui n'en finissait pas... "Difficulté de nommer End car redondant avec l'expérience..." Brune tu peux en dire plus? Où je suis ?, que fais-je ?, j'étais dans le matin. tout s'échappe la danse ne prend pas je n'arrive pas à attraper, à nommer, comme ça commence jamais ça ne ne peux pas ce terminer.

La danse étant absente une gesticulation habituelle s'installait ou je jetais des begin pour trouver sens, tout devenait vaporeux, ne sachant plus, je ne savais pas ou j'étais. Difficile de trouver quel est-ce moment ! Il ne pouvait pas y avoir de fin car ça ne commençait pas.

même si à des moments, un moment nommable se dessinait je n'arrivais pas à sortir un end, car je trouvais évident la fin. Je ne pouvais mettre end dans un moment ou ça ce termine.

Mon attention était pas là : je n'arrivais pas à placer la frustration pour donner le jeu.