Tuning Blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 28 janvier 2013

NO pause est la joie du jeu.

3 jours de travail à la Roseraie :
Après un warm up à entrées progressives, nous discutons notre goût du jour, et/ou les obsessions/questions du moment de chacun:
Quoi activer pour qu'une danse révèle l'environnement, c'est-à-dire déplace la focale de perception non plus sur le sujet, l'identité, le self, l'égo de la danseuse-eur, mais dépersonnalise l'espace ? Quoi activer pour inverser le rapport figure-fond, pour que l'environnement devienne la figure de la danse ?
Est-ce que les modes d'attention sont un outil pertinent pour travailler cette intelligence d'interaction à l'environnement, et faire que le corps est "passeur", vecteur d'une danse de l'espace ?

Une fois l'intérêt commun identifié, nous cherchons une solution pour en faire l'expérience. Le SINGLE IMAGE SCORE semble une ressource repérée pour répondre à cet intérêt (mesurer l'espace depuis 2 régimes d'activité (watcher et player), et mesurer le temps pour que l'image apparaisse). Toutefois, on a préféré s'éloigner du matériel pédagogique des Tuning Scores, et entrer dans LE Tuning score, en resserrant l'étude à une partition construite à partir de quelques appels qui questionnent attention et intention : SUSTAIN, REVERSE, puis NEXT, REPLACE et bien sûr SHIFT.
A partir du moment où la partition est établie, c'est curieux et génial de noter que l'intérêt de départ devient lui-même fond. En jouant le jeu de cette partition, nous en inventons les règles. C'est ce phénomène concret, lisible, questionnable de va et vient entre jeu et règles du jeu qui prend la figure de l'étude.

Dans ce score, SUSTAIN (appelé principalement par les watchers) permet de renseigner le player sur la lisibilité de l'interaction qu'il entretient avec l'environnement, et que l'environnement entretient avec lui.

Quelles sont les conséquences d'un SHIFT, et comment renseignent-elles à rebours sur l'activité en jeu avant d'appeler ce call (quel mode d'attention sur quoi ? quelle intention ?)?
Au fil des 3 jours, nous orientons la perspective sur la précision dans l'expérience. Attention. Intention. Comment décoller l'une de l'autre ? En changeant mon attention, comment maintenir mon intention ? Est-ce-ce possible, matérialisable, ou SHIFT lui-même est une intention ?? ! Et puis, une continuité peut-elle se faire dans le mouvement ? Combien de temps ça prend pour opérer la bascule de SHIFT, et faire un choix ? Observations de micro-temps de vertige à l'appel de SHIFT. Et un goût pour ce temps de désorganisation. Que produit-il ? Et puis, pour entrer dans l'étude, une stratégie est d'appeler SHIFT dès que l'intention est perçue clairement depuis l'activité de watcher. Et à ce moment là, est-ce qu'il y a croisement entre un point de vue et l'autre ?

REPORT ATTENTION. REPORT INTENTION. Des longs temps de solo pour faire l'expérience du phénomène, et venir informer, enrichir son étude et sa connaissance. Ce score met la composition en support. Il vient plus explorer les phénomènes relatifs à l'état de danse, de jeu. Observer que l'attention peut se porter sur une pensée. A la lancée dans l'espace d'une chaussette en boule, d'un temps de digestion de l'action, et de l'entrée d'un player dans l'espace, son attention se porte sur la distinction entre corps athlétique et corps poétique, et par analogie rapide la pensée vient à Laurence Louppe. Quand NEXT est appelé, le player fait l'usage de cette pensée, et remplace Laurence Louppe, par un détail de la mâchoire qu'il tente de copier et reproduire. Je me souviens de cette stratégie et je la trouve fascinante tant elle s'appuie sur toutes les ressources possibles du vivant pour créer la danse, et pour révéler sa multiplicité.

NEXT est introduit le dernier jour dans le score, pour amener des ruptures dans l'état de danse. Comme nous avons surtout passé les 2 premiers jours à soutenir, remplacer, et opérer des continuités de ce qui était là. NEXT offre la possibilité de goûter à la désorganisation ou la réorganisation immédiate, rapide, en alerte, en survie que ce call produit.

SUSTAIN est-il REPEAT ? ??

Et puis, de façon transversale, nous avons abordé la question du ton, de la teinte émotionnelle d'un call.
SUSTAIN amène de la bienveillance, il est doux, gentle. Il dit "j'ai envie de voir ça plus longtemps", ou "j'adore ce que tu fais".
D'autre calls peuvent prendre un aspect plus 'sadique'. Comme par exemple REVERSE cette action impossible. Est-ce que tu en es capable ? Ou une avalanche de call pour noter la précision ou pas dans la désorganisation.
Comment le call vient m'affecter en tant que player ?

On a vu des moments de GO. des moments de danse. Comment ce score amène à des états que je ne connais pas de la personne ?
"Je n'aurai pas pu aller seul dans cet endroit de l'expérience."
Goût pour la joie, l'étude dans la joie, la joie du jeu, et pas son coté austère.

lundi 27 février 2012

** Dim 26/2/2012 ** 21.17-22.06 **

SINGLE IMAGE

            1         Félicette  assis au mur gauche
                     Franck assis au mur au fond et en plus: petit mur orienté à droite
            2 ou 3           Baptiste  au sol il se prépare pour s'exprimer 
                             Caroline au fond, tourné vers nous, elle s'exprime là
            3 ou 2         ohhh j'ai envie d'entrer et de mettre mes pied au dessous du draperie noir à droite, là on a caché tout les chaises, tables, bordelle, on l'a caché
                          ahh Brune  au milieu costume termique et lèvres colorés
                                Véronique  se cache ou s' allonge au dessous le draperie noir dans le coin au fond à gauche
                                 elle sort de mon corps au moment juste où sa tête disparait, elle a digéré ( à gagné le prix du mot de la semaine  digérer, digestion)mon 'besoin-désir','désir-besoin' d'avair mes pieds au dessus du draperie, elle marche un pas  en avance

BLIND UNISON Marjoleine a dit ça, la voix tremblait et moi aussi

                1          Véronique Baptiste Caroline                    mémoire tremblante

il me manque la lampe dans l'espace ou on avait caché les chaises. Mais je suis contente qu' elle était là avant 21 heures

'Time out' 'lumière???' quesque vous voul- 'End time out'_ez ?___

                  2     Franck  Félicette Eva  + petite bille métallique

REPLAY Brune - double page d'une gazette: c'est plus que le son, c'est le solSON-SOL Marjoleine rencontre de voix/personne et son dans la 'END' BLIND UNISON 3 Franck Caroline et Marjoleine --- c'est là où j'ai battu Félicette après les calls: Féli 'CLOSE'

                                                                                                                                    Baptiste ' OPEN' (pour restaurer la possibilité d'accordage de dedans avant le 'GO' de dedans ???
                                                                                                                                    Féli 'CLOSE' --là j'ai battu
                         après Echo de dedans Franck: 'CLOSE'  Caroline ' GO'
                     4    Baptiste Véronique Eva gazette  au départ   quelques calls ('OPEN', 'CLOSE', 'SUSTAIN', 'REVERSE', ''CLOSE', 'REPORT', 'PAUSE', 'REPLACE' include gazette Franck 'OPEN' Caroline 'CLOSE' Marjoleine 'INVERT','....', '12'

¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨ ¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨ ¨¨¨¨¨¨¨¨¨END end ¨¨¨¨¨¨¨¨¨Time out End Time Out¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨ ¨¨¨¨¨¨¨¨¨REPORT¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨ 'Feli: 'coda était déjà là' Véro ' c'est trop tard maintenant'

¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨REVERSE¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨

ENd eNd EnD

dimanche 26 février 2012

FEB/25

Dans le rêve éveillé de la Roseraie, Franck, Brune, Marjolaine, Véro, Eva, Baptiste, Caroline échauffent leurs perspectives. 2 poulet(tes) échappés d'une industrie de poulets s'approchent de notre porte vitrée, attirés par les sons des voix, des soupirs, d'une trousse à crayons devenue partenaire de jeu. "On est pas bien ici ?" digne d'une Jean-Pierre Marielle dans Calmos révèle une courbe de corps au sol, photographique. "Le warm up est une des formes les plus pures de Tuning" apparait comme le chapô de ce début de journée (peut être parce que nous animalisons notre expérience, sans doute parce que nous allons chacun et avec les autres à la conquête des mondes de l'intériorité) et permet un INCLUDE ou un RETROUVE de toute beauté. Sa fin est symbolique : un jaguar gisant au sol, un baton courbé à la main, la trousse sur le front, de la bière perlant à son menton. Avec le mal de tête empoignant le balai jusque dans ses ischions. END.
Une série de 4 Blind Trio explorent l'unisson pré-historique. Chacun révèle une nature spécifique de relation entre son et mouvement dans l'unisson : l'un par exemple est ENVIRONNEMENT stable comme pourrait l'être le fond sonore d'une chaufferie. l'autre est un trio de movers avec un baton pour seulement un des players, ce qui dévoile ses relations à l'environnement mais pas toujours. Ces explorations réclament des canaux de communication surtout pas seulement audibles.

Nous mangeons au soleil.
Il y a bien la pédagogie, mais la finalité ça reste la danse. Quand est-ce que tu reconnais la danse ?

Un premier set : Le tuning c'est pour les mauvais élèves : Première single image : atchoum atchoum au lieu d'être l'action devient un accident. Repris dans l'action du 2e single image. La 3e SI n'a pas de résolution, END est appelé avant la single action : TIME OUT est appelé et n'est pas pris, remplacé par RESTART. comme si l'action avait été jump cut, END est appelé à nouveau. RESTART again, ou plutôt REMPLACE. 4 players sur le plateau, l'unisson temporel advient. 2 Blind Unisson. Replay en double solo mouvement et son. TIME OUT après sa fin : j'aurais aimé un BEGIN de chacun des players pour expliciter le timing de chacun des solos. Une entrée fulgurante dans l'espace, proposition radicale qui ne laisse pas l'espace de la négociation entre les 3 players pour trouver ensemble un point de départ. EXIT un des player, puis d'un 2e. solo de la perte. de l'incompréhension. REPORT : suffisamment fort pour que les autres entendent. Tuner avec l'exigence de la structure du set. TIME OUT : l'entrée fulgurante rejouait dans le présent le TIME OUT qui valait pour le futur de la structure. entrée du son et du mouvement pour continuer coute que coute la structure et revenir dans un Blind Trio Unisson. CONSIDER, puis REPORT si j'étais à la place de l'entrée, je dirai GO GO ! Nous reprenons notre lecture de la structure. le temps n'est plus mesuré, un watcher est devenu par l'action de se coucher au sol ENVIRONNEMENT. END le trio. RESTART et tout de suite après REPLACE : un trio vient remplacer un player. 2 commencent une négociation dans l'action pour l'unisson. REPORT pour l'expliciter et inclure le 3e : 4e Blind Trio. REPLACE : duo : INSERT dans l'espace l'environnement d'une immobilité qui joue l'accordage avec le watcher. END. CODA est appelé : une entrée qui s'immobilise. une entrée qui repeat un atchoum : remplacer l'immobilité par un rythme stable. END.

ENVIRONNEMENT : esthétique de nommer, expliciter le fait de ne pas être d'accord, pour maintenir le jeu.
What do you tune with ?
Quoi donner à voir ? la communication ou une autre couche du travail qu'on a travaillé cette semaine : la précision des scores, de la lecture d'une action, d'une proposition, d'éprouver une négociation, de la mesure du temps. Il existe aussi une manière de mesurer quel est le rôle des calls pour tout régler, mais comment maintenir aussi le contenu même de la communication : toucher à la précision du score. Toutefois, la nature du Tuning est aussi un processus d'apprentissage pour auto-éduquer le regard sur ce qu'est une proposition : ça continue de révéler le score, et on continue de le travailler.

La « possession réciproque » de Tarde consiste en ceci : « l’effet que chacun peut exercer sur tous ».(Jérémy)

2e set : Is It A Miracle ?
La structure est jouée, sans pour autant être scolaire ...

vendredi 24 février 2012

FEB/24

Chapitre I : F : La rigueur est de mise dans le travail qu'on fait dans ce temps de résidence.

Félicette, Véronique, Eva, Baptiste, Caroline font l'expérience de la structure enrichie de quelques détails non négligeables :

  • Comme si le temps nécessaire pour que tous s'organisent dans l'espace avant le début du set était une macro single image : Au moment où l'espace semble prêt au début, clarifier le nom des règles du jeu que nous partageons tous : appeler SINGLE IMAGE pour entamer le cycle des 3 single images futures.
  • 3 Single Images
  • Idem, Nommer le premier BLIND TRIO UNISSON : cet appel est collectif, ce n'est pas j'ai décidé d'y aller, alors je l'appelle. Invite à mesurer le temps de digestion de ce que l'espace a reçu pour l'instant.
  • 2 Blind Trio Unison (avec la possibilité de Blind DUO Unisson, qui pour une clarté sera appelé).
  • 1 REPLAY solo qui est nommé par celui qui va le jouer : rejouer le 2e Blind Trio Unison
  • 1 Blind Trio Unison avec la possibilité de OPEN et CLOSE
  • 1 Blind Trio Unison qui s'étend dans le temps, et au jeu (les appels). La fin est appelée de l'extérieur suivant la durée (TWELVE pour 12')

B : je serai frustré quand on ouvre le score aux calls qu'ils ne soient pas pris par tout le monde. Pour gouter les conséquences qu'ils produisent. Jusqu'où va le REVERSE ? Jusqu'à aussi loin que tu te rappelles ?

  • Possibilité d'appeler CODA : épilogue bref de la nature d'une Single Image.

Points qui ressortent de notre expérience :

  • Les calls doivent être adressés à l'espace et le traverser : clarté d'énonciation, et surtout suffisamment fort pour que tous les entendent, et éviter les confusions de lecture.
  • TIME OUT : outil pour éprouver la structure, lors des INCLUDE des partenaires. Toutefois, ce n'est pas un outil pour témoigner des inconforts, ou difficultés de lecture. C'est dans les moments d'incompréhension que le Tuning vit et se révèle.
  • Rappelons que dans le Blind Trio Unison, les watchers ont aussi la tâche d'être ange gardien de l'environnement des players, pour anticiper un danger.

B : Au plus les jours passent, au plus la structure est précise, au plus elle est difficile à jouer.
F : Dans ce set, j'ai tuné avec la structure. C'est un challenge. J'ai tuné avec moi et avec la structure.
B : J'ai l'impression que c'est tout le temps ça le jeu. Parfois, il y a un inconfort, parfois il y a un confort.
E : Comment avoir confiance dans le jeu collectif ? Si oui, il y a moins de doutes pour jouer collectivement.

chapitre II : entrée du corps sonore.

Marjolaine, Eva, Baptiste, Caroline dans un set.

Points qui ressortent de notre expérience :
Véronique nous retrouve après le set pour les reports. M résume : Il nous reste 2 jours. Le groupe est important, c'est malin de me cantonner au son. j'ai essayé tout en même temps pour dégrossir le truc : sentir l'espace et m'y projeter, et physiquement : la façon dont je communiquerai avec vous, c'est physique, sinon, par les yeux, ça crée un décalage quand je veux vraiment être avec. La façon dont je produis les sons vient de plusieurs sources : parfois un geste, parfois la pression de mes doigts, l'impulsion première est sensuelle et physique. parfois j'imagine une matière. Ou si je veux remplir l'espace, je choisis un son qui s'entretient.
B : ma lecture de l'activité sonore : j'ai aimé 2 choses : la single image (la 2e entrée a été celle du son), et le Replay (par le mouvement d'un player qui a appelé REPLAY SOLO, puis entrée d'un replay sonore):
Single Image : s'entendre sur l'organisation, qu'est-ce que ça signifie pour le son s'imaginer dans l'espace et y aller par le chemin le plus direct possible les yeux fermés ? aller chercher les instruments pour réaliser ce que tu as imaginé, c'est un peu pretend aveugle, je cherche les instruments les yeux ouverts.
Replay : watcher : le Replay m'a intéressé parce qu'il n'était pas à l'unisson : les temps de pause étaient différents, il y avait beaucoup plus de temps d'interaction que de vouloir l'unisson. player : gout pour REPLAY sans écouter le son, ou être en interaction avec lui.
B : ce moment est un beau contrepoint à l'ensemble de la structure qui questionne l'unisson.
Question du son dans Blind Trio Unisson :
M : la question du blind est impossible, les players entendent le son qui se produit.
Ce serait quoi l'état aveugle pour un musicien ? Fermer les yeux pour un musicien ce serait lâcher ses conventions visuelles pour explorer différemment, et court-circuiter les chemins connus. M : quand je ferme, je suis dans un rapport intuitif avec la matière.
Quand la lecture va vers action/réaction entre le mouvement et le son, est-ce que c'est un unisson ?
Est-ce que je m'accorde à la physicalité imaginée du sounder, ou est-ce que je m'accorde au son produit ? Or, dans le BTU, si on ne part pas d'une même physicalité de départ, ca pose une question.

Quels moments sont flous ? Quels moments sont clairs dans un unisson entre un corps sonore, et un corps mouvant ? le son est parfois tellement présent que le corps se sent dominé. Si unisson il peut y avoir, c'est à un niveau en deça des médiums, dans le feeling et l'état intérieur : une sorte d'état pré-historique. Comment ca se traduit en mouvement et en son semble une question intéressante à soulever, qui serait l'enjeu d'une résidence de recherche toute entière.
Blind Trio Unisson : pas avec le son en 2 jours en jouant un INCLUDE de 2 personnes.
Possibilité de son dans les Single Image, dans le Replay (est-ce qu'on en maintient 1 ? ou on en met plus, comme contrepoint), et dans le 4e Blind Trio Unisson, quand il s'ouvre au jeu (call) avec possibilité de INSERT (une cellule temporelle qui s'insère dans l'activité en cours qui, soit se poursuit, soit se met en suspend, mais reprend son court avec cette nouvelle information. Le contenu de cette cellule temporelle : ce dont l'espace a besoin, une nouvelle couleur...) ou de REPLACE (rappel : REPLACE est appelé, les players attendent que l'espace et l'activité collective soit remplacée par un ou des watchers, puis tous quittent l'espace).
Essayer toutefois le Blind Trio Unisson pré-historique demain après le warm up, c'est aussi une bonne manière de jouer INCLUDE PARTNERS, et BEGIN STRUCTURE ALL TOGETHER.

Questions qui restent en suspend pour demain :
REPLAY : comment sera-t-il nommé ?
Présentation du travail à la Cellule 133 : en introduction ? ca casse l'hermétique, ca nomme d'où on vient. Très important de partager les enjeux sur lesquels on travaille, et de lever le voile de la naiveté de la pratique. Sur quoi portera cette introduction ?
Est-ce que la structure peut être un peu expandue ? par d'autres Replay ? Faire 2 fois la structure ? ou assumer la pauvreté du matériel proposé ?

Quelqu'un a-t-il un vrai chronomètre ?

FEB/23

Single Image : prendre le chemin le plus court et direct pour entrer dans l'espace, et aller là où je me suis imaginé être. S'il y a un évènement impromptu dans le parcours, j'ai le choix de l'effacer et d'aller où je me suis imaginé, ou j'ai le choix de le retenir, de faire le deuil de mon imaginaire et de donner à voir cette relation précise à l'environnement rencontré.

E : in this performance, in order to low the pressure, what we want to share is questions :

how is it to collaborate ?

how is it to be individual in a group ?



C : what's the nature of this pressure ?



E : a pressure to want to be clear and readable.



C : those are beautiful inner scores, thus.

Entrances of partners are also a question : how not to make a RESTART (like we did many times in the group, in order to deal with different entrances). But use the blog report in order to make something that is unity.

Notre tâche n'est pas de changer, mais de pratiquer avec plus de gens. It would be INCLUDE, much more than ENTER. Ca demande beaucoup d'humilité, et je reconnais que c'est très difficile à jouer pour moi-même.

C : après avoir joué INCLUDE Véro, je suis surprise de reconnaitre qu'une acuité, ou je dirai une communication spécifique s'est installée, construite pendant les 3 1ers jours. C'est une belle analogie avec la négociation sur le chemin d'une single image : de quoi je ne tiens pas compte ? et à l'inverse, de quoi je fais le deuil pour révéler ce qui est là, dans cette nouvelle configuration ?

B : REPORT à Véro : UNE STRUCTURE FIXE QUE NOUS ALLONS éPROUVER TOUS LES JOURS JUSQUE DIMANCHE SOIR :

3 Single Images

2 Blind Trio Unison

1 play back Solo

1 Blind Trio Unisson avec la possibilité de caller OPEN et CLOSE (OPEN invitant à poursuivre l'unisson les yeux ouverts).

1 Blind Trio Unisson qui s'ouvre sur le jeu (les calls) et aussi qui s'étire dans le temps, avec la fin appelée de l'extérieur suivant le timing (NINE si c'est 9').

Possibilité d'appeler CODA : épilogue bref de la nature d'une Single Image.

NB : l'ensemble de cette partition explore l'unisson : même le Single Image questionne l'unisson temporel, dans le fait de démarrer ensemble une action unique.

Remarques importantes à partager avec les autres :

  • Inhibition - Digestion : On va être nombreux. Important de laisser à l'espace le temps de digérer la proposition d'une entrée, avant de le surcharger d'informations. comme une géologie qui sédimenterait couche par couche.
  • Costumes : quelque chose de léger, sans trop de couches, pour une visibilité du corps.

B : dans l'espace noir de la cellule, la couleur ca peut faire du bien !

E : samedi, on répète en costumes. Suivant l'espace, c'est évident, on doit prendre soin de ca.

F durant le set : les gilets de couleur près du corps mettent en valeur le mouvement.

  • Plancher : a tendance à aspirer le mouvement. Ne pas être happé par le plancher. On peut bouger sans faire de bruit.
  • Continuité : Gout pour utiliser les propositions comme des ressources pour la suite.
  • END : Maintenir un dernier temps la composition telle qu'elle est, un temps de suspension, de respiration. Conscience de comment on quitte l'espace. Et de ce qu'on quitte dans l'espace.
  • TIME OUT : quand il y a une perte de sens de ce qu'on fait : Tout le monde arrête là où il est, pour résoudre le problème. Parfois simplement poser la question permet de résoudre le problème.

C'est un INSERT partagé avec le public, qui bouscule l'activité. Toutefois, concentration pour maintenir le TIME OUT pour un éclaircissement ou quand on est perdu. Le TIME OUT est court dans la durée, sa fin est appelée par END TIME OUT.

  • le dernier Blind Trio Unisson, quand il s'ouvre au jeu : On aimerait bien qu'il soit pauvre dans les moyens : des matériaux simples, rester sur l'organisation physique plutôt qu'une interprétation de l'unisson (vigilance à l'intention d'être explicite). D'autre part, peu de calls, avec la question : quelles sont les conséquences d'un call ?

jeudi 23 février 2012

FEB/22

joueurs présents : Félicette, Baptiste, Eva, Caroline

Nous avons d'abord organisé l'espace de la Cellule 133a, puis monté une partition, qui donne le déroulement dans le temps de la performance, avec un gout pour une partition fixe : chronologiquement :

3 Single Image Score
Puis 2 Blind Trio Unisson
Puis 1 Reduce Play Back : solo
Puis 1 Blind Trio Unisson qui peut s'ouvrir sur le jeu (élargir le temps à + de 3' en appelant la fin par la durée de la proposition (ex : EIGHT pour 8minutes), et possibilité de caller, mais en gardant une simplicité pour une lisibilité)

Si CODA (=épilogue + bref et abstrait, du registre musical) est appelé, nous avons définit qu'il serait de nature du Single Image.

Rappel de la partition Blind Trio Unisson : 3 personnes yeux ouverts entrent ensemble dans l'espace et s'accordent pour trouver un point de départ ensemble. Lorsqu'il est identifié par les 3 personnes, l'une des 3 personnes le nomme par GO. Elles ferment alors les yeux, et imaginent ce que les autres font, et font la même chose. TREE est appelé du dehors avec un timer.

REDUCE PLAY BACK est soit un play back de ce qui s'est joué (meaning : donner à voir à l'autre ce que tu as perçu), soit en écho de la danse qui s'est agi, à l'unisson du passé, de ce qui a été déposé dans l'espace. Permet des contrepoints au nombre et à l'activité, sans injecter de nouveaux matériaux. Gout pour le nommer avant d'entrer, pour que ce soit explicite pour tout le monde, spectateurs y compris. Le play back peut se faire yeux ouverts ou fermés, peu importe.

-#-

Plusieurs points significatifs ont émergé de l'expérience, à garder en mémoire :

  • digérer ce que l'espace a révélé : contenir le désir, inhiber, pour que chaque proposition ait sa durée de vie. Travailler et avoir conscience de ce temps de digestion entre les propositions, et à l'intérieur même d'une proposition (ex : 2e entrée d'un Single Image). Si on ne pratique pas l'inhibition, c'est le chaos, quand l'espace est rempli trop vite. La lecture se perd car elle devient trop complexe. Revenir à la simplicité du jeu, et couper de cette responsabilité individuelle. ce qui ne signifie pas oublier.
  • D'abord donner des clés de lecture au spectateur de la mécanique des scores (Single Image au début). Ca permet, en outre, de poser la rythmique et les fondations de ce qui va s'écrire après. Dans cette intention, repousser les appels.
  • OPEN : garder l'intention d'unisson, et apprécier le shift de nature d'accordage.
  • TIME OUT : est-ce que la discussion d'hier après le set, on ne peut pas la mettre dans le set ? SHARE IT OUT LOUD, ca révèle comment on travaille, ce n'est pas une oeuvre artistique hermétique, c'est la recherche. Ce serait un INSERT de la nature du REPORT, mais en encore plus informatif : si REPORT est chacun dans sa direction, TIME OUT serait un focus all together.
  • les chaises en face de l'espace : ne pas s'asseoir dessus.
  • gout pour une continuité dans la proposition : attention à maintenir une certaine relation à ce qui vient d'être fait, sans réécrire un nouveau récit après chaque digestion.
  • le sol est très sonore, on peut vite devenir prisonnier du sol quand on l'éprouve en tant que player. D'autre part, ca peut fausser les lectures des Blind Trio Unisson si un watcher se resitue dans l'espace sans le nommer. Nécessité d'appeler RESITUATE.
  • habits : gout pour peu de couches de vêtements qui soient près du corps, pour donner l'opportunité de lire l'anatomie qu'a mentionnée Baptiste dans le Blind Trio Unison.

->Un point esthétique : nous allons faire le set tout nu !

  • Homework : lire le report du blog pour échauffer comment on travaillera ensemble.



		

mercredi 22 février 2012

FEB/21

E : beaucoup d'expectatives dans le warm up, mais en fait j'étais confrontée au vide, ce n'était pas comme hier, pas de force, pas de langage. A la fin, j'ai pris un peu de gout à l'acceptation. les immobilités d'hier étaient vivantes, pleines. aujourd'hui, elles sont plus vides. The sound (de la soufflerie du chauffage) has a rôle, l'espace commençait à se remplir.

C : dans l'idée du feed back système, et suite à l'écriture du report d'hier, j'ai cherché à remplacer baptiste watcher pour comprendre ce qu'il avait vu de 2 corps qui s'échauffent. Et j'ai posé la question : est-ce que c'est du Tuning ?
E : les calls confirmaient l'état spécifique que tu as pris dans le warm up. clarity. the watching could be invasive, when it is too soon. You started a communication with soft voice.
'' C sort de l'espace du plateau, et prend une activité de watcher.''
E : I was in doubt. i felt a responsibility. So, when you start calling, I would have wanted to make a choice before your call, like INCLUDE in order to communicate where i was at that time.
B : j'ai l'impression que ca répond à ta première question caro. Ce serait quoi du non Tuning ?
E&B : le fait, l'impossibilité, l'empêchement ou le non choix de ne pas agir par rapport à ton désir.
B: as soon as she recognizes incomfort, she would have said INCLUDE before something died.
A non tuning situation : let the flow go wherever it likes without the feeling to act in an explicit way.
C : i negotiate with impatience to begin a tuning situation, but timing was in warming up. On the other hand, i didn't want to be polite.
E : you could introduce, and communicate it in a physical way, like you always have the possibility to shake my hand, or anything else.
B : to fin ways to play your own desire, or a way to share a report from where you are, like a BEGIN for myself.
E : i will be ready anytime to physical interferences.
B: warming up : everything is possible.
E : positive egoism
B : yes, you play Eva a lot with INTERLUDE, or insert, in call but also in action. it brings a kind of aesthetic.
E : i had to practice that a lot.
B : E is really embodied this. i can track this kind of desire for years.
E : INSERT can be so many things.
B : this activity gives a really nice break of a flow, or what's going on. it gives another nature of action : often the consequences gives a new panel of perceptions. we don't stay glue at one activity.
C : glue c'est le non tuning.
E : you can go, you don't destroy something, you just follow your need.
when it is glue at one activity, i would have survived with the calls before, and now i really need to do it by the body and the action.
B : AMPLIFY EMPHASIZE and REPEAT (was called for the watcher's reports), i wanted another call, i wanted the body to show what it perceived. it would have been REPEAT CHANGE MEDIUM. TRANSLATE is too large.
E : j'étais dans l'anticipation de l'entrée de B. je l'ai senti arriver, avant qu'il ne soit là.
C : dans l'idée du feed back system, I like to counterbalance the duet precautiounous activity with a daily life functional activity (B qui entre dans l'espace clairement et implement et se deshabille).
E mentioned twice a scorpion in her reports. actually, she had watched a documentary on scorpions behaviors.
B : we can plaie a game : plutôt que de partir de manière libber ou totalement ouverte, we can watch some video at thé beginning of a set thaï really cached us. Dans un set, les premières propositions vaunt informer tout le reste. Ce jeu serait comme si on se donnait des indices, et des premières propositions qui seraient formellement mises sur la table.
E : Ces questions sont intéressantes : comment je casse une relation en train de s'écrire ? Qu'est-ce que je casse ? Comment entrer ? It is more polite to say the other were you are, rather than leave.
B : Tuning asks a certain energy to tell everybody what they are experiencing. Producing this energy deals with the generosity of playing the same game. Rather than playing your own game, and maybe we will meet by accident ! : this would much more be improvisation. warming up is trekky because it is improvisation where each one follows his own needs. Pourtant, c'est aussi des formes les plus pures de Tuning : tout le temps sur le bord entre les sensations, l'imaginaire, et dans le flux, c'est comme un GO. Le tuning dans son essence pure est dans l'échauffement. Et j'ajouterait : s'il y a la conscience qui va avec.
C : souvent ce que j'aime voir, c'est pas ce que j'aime éprouver. Par exemple, l'entrée de B je l'ai trouvé belle, mais je sais que si je l'avais jouée, j'aurais tout de suite senti une charge d'entrer dans une espace qui est déjà en train de s'écrire.
B : comment jouer mon désir ? Comment informer les autres de l'état de mon désir ? Et comment est-ce que je m'accorde ? C'est en fonction d'où j'en suis aujourd'hui.
ADVANCE : c'est une manière de communiquer que que tu ne vas pas prendre un jour ou 2 pour aller jouer ton désir. Mais c'est un équilibre, car à ce moment-là, est-ce que ca ne fait pas seulement 'je joue mon désir' ?

in the studio, beginning the afternoon set :
B : what lisa said in the lab, when you move by yourself after a duet ?
C : live the after image.
E : TRANSLATE was said a lot.
B : sometimes, i would like to see the echo of a blind trio, by the watchers. like : TRANSLATE ?
C : or RESUME.
B : it could be.
Est-ce qu'on essayerait pas un set ? Une heure de Blind Trio Unisson. Unisson for ever.
E : TREE signifie 3 minutes. Exceptionnellement, parfois, on dépasse la durée. Et on appelle la durée, par exemple hier FIVE, ou EIGHT.
B : Si ca dépasse, c'est délibéré.
Même si ca s'ouvre au Tuning (calls), l'important dans ce set, c'est de revenir toujours au Blind Trio Unisson.
E : GO is good, instead of BEGIN, it has already begun, because the starting place is already there.
B : we can try to stay strict. Et pas jouer dès le départ avec les calls : observer le plus longtemps la nature du score.

après le set :
E : hier, le point de départ était évident, aujourd'hui, c'était la question.
C : hier, on a parlé du fait que le BTU pose la question de qu'est-ce qu'une proposition ? mais j'ajouterait avec la spécificité d'aller dans l'unisson de l'organisation physique, en imaginant ce que les autres partenaires sont en train de faire.
B : oui, qu'est-ce qu'une proposition pour arriver à une proposition commune ?
E : la question, c'est pas juste une proposition, elle est reliée à la question de l'unisson.
Tous les repères auditifs et intuitifs comptent. PLAY BACK aussi in roder to contribute the unisson.
B résume la conversation qui s'écoule : ca pose la question du point de départ : Comment s'accorder sur une proposition ? Est-ce la forme et seulement la forme, ou son interprétation ? Commencer simple et trivial permet de répondre à la question Qu'est-ce qu'une même proposition ? Une même forme ensemble ? Et quel timing ca prend de s'accorder ? Pourquoi on revient à la forme élémentaire ? La forme physique est la première base sur laquelle s'accorder quand on a les yeux fermés. elle est à poursuivre. Comme commencer un set avec le single image : ca permet de mesurer le temps, la rythmique commune, le gout de la forme élémentaire. Revenir à la forme élémentaire permet de mettre en place une communication avec les watchers.
B : ce que proposais Félicette, ca mettait une énigme en plus. C'est pour ca que je callais NO, pour juste reconnaitre un état de fait, nous n'étions pas dans une starting place commune.
E : dans l'histoire du groupe, on a utilisé l'unisson comme base pour ouvrir l'intention d'être en unisson, plutôt que comme score BTU.
B : ce score me montre toutes les possibilités, presque anatomique, de ce qu'on peut faire avec une forme.
E : oui, les couches intuitives et imaginaires d'un mouvement.
B : c'est toujours une négociation entre aller là où je pense que le mouvement m'emmène, et imaginer ce que les autres font. Ca pose la question de la décision, même si je repousse la décision. Comment ne pas être capté par l'organicité, mais être connecté avec cette notion d'unisson. Tenir le plus longtemps la proposition de départ, et étudier ce qu'elle a comme potentiel. Partir du simple et de l'élémentaire.
OPEN a été utilisé, avec l'intention d'être en unisson aussi.
B : moi, j'ai apprécié les négociations, les refus de compréhension. Ca ne faisait que confirmer à quel niveau on était.
C'était bien et nécessaire le refus du watcher.
E : pour demain, je pose la question : "quand il y a TREE à la fin, qu'est-ce que je quitte ?
C : moi, la question qui m'intéresse, c'est le début : 3 personnes qui entrent dans l'espace ensemble, dans un même timing.

mardi 21 février 2012

résidence pour 8 cellules - FEB/20

Eva and Caroline continue to warm up, juggling with maps, being environment or bringing sensations to myself in an organic way, B calls "sex closer closure".

C : "ce call m'a surprise et amusée. il m'a montré combien les points de vue peuvent être différents sur une même expérience en fonction de l'activité dans laquelle chacun est engagé. Comment négocier pour accorder ce point de vue avec celui de mon inner score ?"

E : oui, car de sujet tu es passée à objet en te regardant par l'oeil extérieur.

Baptiste : REVERSE a une touche nostalgique, ce call appellerait à retrouver un moment perdu. exemple : j'ai appelé REVERSE pour retrouver un même mouvement spatial des 2 corps, quand les temporalité de mouvement s'accordent, ce qui signifie à ce moment là, un reverse de la relation aussi. Souvent, on est tellement occupé à son propre reverse qu'on ne se préoccupe pas de reverse la relation.

REVERSE is revealing only what you can remember, it tells what was unconscious in the movement, and often revealing what was the intention of the real time movement.

B is sounder and caller.

B : the sound is a good analogy to movement.

with sound it is not my body my instrument, i can observe what is the consequence of the sound : in suspension, in echo of it. how do you just follow your interest ? I acknowledge i do first what i dislike.

E : you need to fail a lot to understand something.

B : with sound, what is ONE ?

what is TWO ? -> it is the same with movement, twice, you are making a big decision. 2 seems to make a mirror, one thing responding to another.

what is TREE ? -> the beginning of a rhythm.

what is FOUR ?

E : warming up is an opportunity to go for trying. with the score, when we compose something collectively, we become very prudents.

interlude : C demande à B la différence entre intérêt et appétit :



appétit : sensuel, vorace, ca embrasse un large éventail : tu as envie de mordre, tu mords. intérêt : tu étudies un mouvement, tu cherches, avec le raisonnement qui va avec. l'esprit accompagnerait pour distinguer des choses, voire pour construire une partition.

C : une notion qui est transversale à l'ensemble des scores : c'est plus que l'apprentissage, c'est l'auto-enseignement. Ca signifie : pas de modèle extérieur, autre que mon propre gout que j'apprends à reconnaitre, et que je construis dans le même temps.

Et c'est notamment dans cette intention que le tuning score est un feed back system, pas seulement pour accorder la danse à plusieurs, mais aussi pour donner la possibilité individuellement d'éprouver par l'expérience ce que j'aime voir comme conséquence aux calls, ce que j'aime voir comme action… C'est comme les cycles RSVP de Lawrence Halprin, il y a le cycle collectif, et il y a le cycle individuel.

B : oui, tu bouges pour toi. La chance qu'on a, c'est que ce sont des scores qui se répètent. Donc, des canevas dans lesquels chacun peut apprendre.

C : le feed back system implique sous-jacent un play back et un recyclage suivant l'opinion de chacun.

E : it goes against the dogma that creativity doesn't come with replay.

B : j'anticipais la présentation du travail de dimanche : le blind trio unisson travaille le même, l'unisson de la forme, de l'imaginaire peu importe… utiliser tous tes sens pour l'unisson.

Le single image travaille le différent qui essaye de se rencontrer dans le temps : ca travaille le timing et l'espace.

Pour dimanche, de quelle manière on peut utiliser le contrepoint du même ? j'arrive avec cette question : pendant combien de temps mon attention est-elle maintenue pour regarder un unisson ?




E : il y a le pattern OPEN : yeux ouverts, fais ce dont tu as besoin.

B : oui, à Montpellier on a utilisé le call CHANGE : donc, dans le blind trio unisson, YF tu fais l'unisson. YO c'est libre. change pour inverser le pattern : YO tu fais l'unisson, YF tu fais ce dont tu as besoin.

-#- set de blind duo unisson -#-

underlying the Blind Trio Unison : what is a proposition ?

E : OPEN has a consequence of something that shifts in the body : the tone, but also a layer of communication with the objects, the space…

B : j'ai eu un gout pour le duo. Le trio, c'est une multitude très spatiale qui n'est pas focalisée. le duo au sol était un paradigme du duo tellement c'était simple. La dualité ou l'opposition qu'on ne peut pas noter dans le trio.

E : not inhibit to copy when eyes are open : copying for a while, something else would appear.

B : When i know the form (when i close after open), i have a commun basis, and watcher can taste the individual appetite of each one for the movement.

B : in duet with E, i was in a unison with a past experience, referring to a material that was already deposit.

B : avec le BTU, possibilité de faire un REVERSE hyper long comme dans le laboratoire de lisa quand on va toucher l'inner skin of the space.

C : dans l'idée du feed back system : j'ai aimé regarder des pauses longues et soft : i can have my own timing and taste the composition.
B : it tells how slow is the watching.
how strong is a proposition ? -> in simplicity, when it tunes into the speed of watching.

E : in the lab, someone reports : "musicality of BTU is always the same". Sometimes it is. but we can also explore some different modes. REVERSE, or REPEAT : it is an opportunity to revisit the calls, when we are not in a too busy and complex situation.

jeudi 29 décembre 2011

Résidence 2012

LA ROSERAIE

JAN :

12/01 + 20/01




FEV :

09/02 + 17/02




MAR :

08/03 + 16/03




AVR :

20/04 (le 12 avril annulé et remplacé par le 19 Avril > à confirmer)




MAI :

10/05 + 18/05




JUIN :

14/06 + 22/06

mercredi 21 septembre 2011

Dates

La Roseraie

Après concertation, arrangement, organisation, nous voici en accord pour venir pratiquer :

En septembre, le 23 septembre.

octobre : 13/10 et 21/10

novembre : 10/11 et 18/11

décembre : 8/12 et 16/12